MAO mon grand père

Toi qui m’appelais “mon fré !” pour frère

Imprimé dans ma mémoire, mon cœur te berce,

Oh vieux chauffeur !

Je t’aime pour ce que tu es ;

Ma racine, mon épine dorsale, mon Soleil ;

Terre qui a vu naître, ma famille, mes aïeux, mes ancêtres ;

Terre de ma tribu, des ÉBAs, des Yebiveigns ;

Ma source d’énergie, Mon essence vitale.

Découvrez Konoville les Deux Eglises depuis les premières années post coloniales

Konoville les deux églises en 1964
Konoville les deux églises en 1974
Konoville les deux églises en 1994
Konoville les deux églises en 2004